On entend souvent parler de Bâtiment et Travaux Publics, de la filière Energie... mais que cela signifie-t-il ?

Le Bâtiment et les Travaux Publics

Parler bâtiment fait référence à la construction d’édifices, à leur aménagement intérieur, à leur entretien, leur restauration ou leur démolition. Les travaux sont effectués par des entreprises de toutes tailles, de l’artisan aux grands groupes multinationaux.
Ces édifices comprennent des logements collectifs, des maisons individuelles, mais aussi des locaux commerciaux et industriels (centres commerciaux, usines, bâtiments agricoles…), des centres de loisirs (piscines, salles de sports, de concert, théâtres, cinémas, musées…) des lieux publics (écoles, mairies, hôpitaux…) ou encore des bâtiments historiques (châteaux, monuments anciens…).
Dans la construction d’un bâtiment, il y a deux étapes clés : le gros œuvre qui concourt à la solidité et à la stabilité de l’édifice (fondations, murs porteurs, charpentes, planchers…) et le second œuvre qui regroupe tout le reste : de la toiture aux vitres, en passant par l’électricité, la plomberie, la peinture, le carrelage.
Le bâtiment comprend près de plus de 30 métiers.

En savoir plus sur les métiers du bâtiment sur le site internet de la FFB (Fédération Française du Batiment)

Le terme Travaux Publics désigne des infrastructures comme les routes, les tunnels, les canalisations et les ouvrages d’art et de génie civil, tels que les ponts, les barrages, les pistes d’aéroport, etc…
Quelques entreprises interviennent dans les deux activités. Les deux professions sont distinctes, mais voisines avec des zones de recouvrement.

En savoir plus sur les métiers des TP sur le site internet de la FNTP (Fédération Nationale des TP)

L'Energie

Penser l’après-pétrole, développer les énergies renouvelables, sécuriser toujours plus le nucléaire... le secteur de l’énergie est au cœur de défis majeurs.

De la conception de projets à la consommation d’énergie, de nombreux profils attendus !

Installations énergétiques dans les bâtiments (chauffage, climatisation, ventilation, domotique), centrales nucléaires, hydrauliques ou thermiques, parcs éoliens ou solaires, réseaux d’électricité ou de gaz, plates-formes pétrolières… les professionnels de l’énergie interviennent sur différents terrains. Mais tous suivent, peu ou prou, le même scénario.

Il faut d’abord concevoir et construire des installations, et parfois définir des procédés. C’est le domaine de chefs de projets au sein de bureaux d’études : ces professionnels/les des études et de l’ingénierie conçoivent et gèrent des projets pour acheminer de l’énergie, dans le domaine du gaz, de l’énergie solaire, du génie climatique, de l’hydroélectricité...

Des techniciens et des ingénieurs d’exploitation prennent ensuite les commandes. Ils installent, pilotent des installations et process, surveillent et réparent des équipements ou des réseaux : ces spécialistes de l’exploitation et de la maintenance ont pour mission de faire circuler l’énergie en permanence et en sécurité : électrotechnicien/ne, technicien/ne thermicien/ne, manager/euse exploitation réseau, technicien/ne nucléaire...

Des commerciaux, consultants et juristes complètent la palette des compétences : Acheter de l’énergie, la vendre, sensibiliser le public à réduire sa consommation, c’est le quotidien des professionnels de la commercialisation et du conseil : technico-commercial/e, acheteur/se, conseiller/ère en maîtrise de l’énergie

Une dynamique de l’emploi

Les prévisions d’embauches sont optimistes, aussi bien pour les multinationales que pour les petites entreprises. Le rajeunissement des effectifs, la modernisation des installations et les projets à l’international dopent les recrutements de la filière énergétique. Sans oublier les perspectivesprometteuses des énergies renouvelables. Le thermique, l’hydraulique, le génie climatique et le nucléaire ont des besoins de recrutement importants.

 

Le bâtiment dans l’économie 

Le bâtiment, c’est :

• 382 000 entreprises ;
• 1 451 000 actifs dont 1 090 000 salariés et 361 000 artisans ;
• pour 124 milliards d’euros HT de travaux

Il équivaut à la moitié de l’industrie ou deux fois les activités de banque et assurance